Respect de votre vie privée
Règlement général (UE) 2016/679 sur la Protection des données : les données enregistrées sur ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique réalisé par Boulevard Voltaire, et sont nécessaires pour valider votre signature, et vous tenir au courant des suites de cette action et d’actions similaires menées par notre association. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, d’opposition, de limitation et d’effacement que vous pouvez exercer à tout moment, et sur simple demande, à l’adresse contact@boulevard-voltaire.fr. Vous disposez d’un droit de réclamation que vous pouvez exercer auprès de la Commission nationale informatique et libertés, 3 Place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS CEDEX 07. Les données vous concernant seront automatiquement effacées de nos serveurs à votre demande, ou en cas d’inactivité de votre part pendant plus de 48 mois. Si vous souhaitez d'avantage d'informations sur cette campagne de mobilisation ou sur Boulevard Voltaire, vous pouvez vous rendre sur le site www.bvoltaire.fr ou écrire à contact@boulevard-voltaire.fr

Boulevard Voltaire
Association Loi 1901                  
99 bis, avenue du Général Leclerc  
75014 Paris

Service Donateurs
Notre service donateurs (contact@boulevard-voltaire.fr) est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Madame le Ministre,

Vous avez à plusieurs reprises envisagé de réformer la loi du 29 juillet 1881, seul texte régissant la liberté de la presse en France, en sortant “l'injure” et “la diffamation” des “délits de presse” pour les inscrire dans le droit pénal.

Une telle réforme encouragerait les poursuites contre les journalistes, avec possibilité de les convoquer en comparutions immédiates, de les faire juger par un juge en droit pénal et non plus par “la chambre de la presse” spécialisée dans les médias… Les risques de pressions et d’auto censure seraient énormes, fragilisant gravement l’enquête journalistique et la véracité de l’information donnée aux Français.

Pour la liberté de la presse et la liberté d’information, les conséquences seraient dramatiques !

C’est pourquoi, je vous demande de renoncer définitivement à toute modification de la loi 1881.

Respectueusement,

Pour défendre la loi 1881 et la liberté de la presse

Pétition à Nicole Belloubet, Ministre de la Justice

Déjà plus de 10500 signatures